Sous leTrone de Fer. Petites analyses littéraires

Sous leTrone de Fer. Petites analyses littéraires

Portraits de personnages


Ici, j'ai choisi d'évoquer certains personnages, et de les étudier sous un angle particulier, non exclusifs d'autres (parfois abordés ailleurs), mais toujours dans l'optique de la dynamique narrative qu'ils portent avec eux. Je ne ferai donc pas de psychologie, mais je m'attacherai aux actes, aux mots et aux pensées et à leurs implications sur leur histoire particulière, et la saga dans sa globalité.

En ligne :

- Arthur et Ashara Dayne : deux personnages pour un seul article ! Le meilleur chevalier du monde et sa soeur, la plus belle jeune fille de la cour, tous les deux morts des années avant le début de la saga, mais à l'occasion d'événements déterminants pour l'histoire de Westeros. Leur souvenir continue de hanter plus d'un personnage. 

- Yoren : le frère recruteur de la Garde de Nuit, ombre passagère récurrente dans le premier tome, qui fait un bout de route avec quelques Stark et même Tyrion Lannister, est une des figures du passeur des Enfers. C'est dans le second tome que toute sa trame prend du sens et qu'il passe pour un temps que premier plan. 


En préparation/En projet :

- lady Barbrey Dustin

Le personnage a fait une entrée remarquée dans le tome 5 A Dance with Dragons, lors de ce qu'on appelle à présent "le Huis Clos de Winterfell". Elle est alliée aux Bolton. Mais la dame est rancunière et sait faire mijoter ses griefs pendant de nombreuses années. Qui est-elle donc vraiment ? 

- Edd-la-douleur, l'humour en noir

Edd-la-douleur, le porte-la-poisse de la Garde de Nuit, s'il faut l'en croire. Mais ce personnage champion des petites histoires courtes et absurdes, compagnon de Jon Snow cache lui aussi son petit secret, comme avatar et porte-parole d'outre-tombe de *spoiler* (promis, je le révèle dans l'article !)

 

Baelor le Béni, le roi qui ne voulait pas de fils

Oui, oui, ils sont un peu noyés sous la masse de personnages et d'événements, mais Baelor Ier, roi Targaryen qui a donné son nom au Grand Septuaire de la capitale Port-Real, a sans doute plus d'un lien avec la prophétie du "Prince promis" et l'histoire des Stark. Sa piété légendaire n'était peut-être pas tant le signe d'un extrémisme religieux que l'expression d'une peur profonde d'être renversé et tué par son fils. 

 


Arthur et Ashara Dayne, l'Etoile qui saigne, l'Etoile qui tombe

Yoren le Frère Noir, ou la Mort vaincue

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser