Sous leTrone de Fer. Petites analyses littéraires

Sous leTrone de Fer. Petites analyses littéraires

 

BONJOUR ET BIENVENUE...

 

 

 

...sur ce blog d'analyses littéraires de la saga Le Trône de Fer (A song of Ice and Fire, en V.O.), écrite par George RR MARTIN.

 

 

 

 

dragon024.gif
QUOI DE NEUF, DOCTEUR ?
  

 

  

 

 

 

 

 

ATTENTION : actuellement, le site de la GARDE DE NUIT auquel je fais référence plusieurs fois est en refonte suite à une panne du serveur. Il faudra encore patienter en attendant qu'il soit à nouveau disponible ! 

 

 

 

NB : le dessin de l'en-tête a été réalisé par Kimberley Pope et représente la forteresse d'Harrenhal (le dessin n'apparait pas en entier). S'il ne correspond pas à la description qui en est faite par GRRMartin (en particulier, on ne voit pas les 5 tours), le dessin rend bien compte de la destruction qu'il a subie, et du lieu rempli de fantômes qu'on le dit devenu. L'artiste a ici représenté toute la symbolique apocalyptique (également au sens de révélation) du lieu, dans des tons gris qui rappellent les couleurs de Winterfell, la forteresse des Stark. A de très nombreux égards, Harrenhal et Winterfell sont littérairement liés.

 Sans oublier la corneille, au centre. 

 

 

 

L'image de fond a été réalisée par Marc Simonetti pour la couverture de l'édition brésilienne du tome 4 A Feast for Crows

 

 

 

 


 

 

 ET SI ON PASSAIT AUX PRESENTATIONS ? 

 

 

 

 Au commencement, donc, il y a la découverte d'une épopée au long cours, pendant ma première grossesse. J'étais plongée dans le monde de Tolkien à ce moment-là (un de mes auteurs favoris), et je n'avais pas été convaincue par quelques lectures d'oeuvres de "fantasy", malgré mon goût pour tout ce qui relève du conte, de la mythologie et/ou de l'épopée. 

Et puis, j'ai essayé le Trône de Fer. La deuxième saison de l'adaptation en série-télé était en pleine diffusion, monsieur regardait la première et je me suis souvenue de titres que je voyais dans les rayonnages.

Ce fut comme de plonger directement dans le grand bain, dans la piscine olympique, ou se baigner à marée haute lors des grandes marées : une oeuvre démesurée, parfois tellement qu'on se sent noyé et gavé, mais qui garde un certain attrait, et vers laquelle on se promet de revenir plus tard, essentiellement à cause de sa dimension tragique. Chez GRRMartin, il n'y a pas d'héroïsme heureux et les promesses de bonheur ne sont rien d'autre que des mensonges, les vengeances ont un goût amer, les innocents ne sont pas épargnés et payent un très lourd tribut. Les dieux se montrent cruels et affamés. Sans doute parce qu'ils ont figures humaines et souffrantes.

 

La première lecture a duré finalement plus d'une année. Si les 3 premiers tomes ont été avalés assez vite, la lecture du 4e fut vraiment laborieuse - le gavage faisait son effet - et il a fallu les journées post accouchement à attendre la sortie de la maternité pour bien avancer dans le 5e tome (dans la VO,celui-ci), avant que le retour à la maison n'en ralentisse considérablement la lecture.  

 

 
~~


 Et justement, ce 5e tome a été édité en français dans sa version intégrale lors de mon second congé maternité, occasion d'une relecture de ce 5e tome, puis de la découverte du site La Garde de Nuit, consacré à George Martin en général, et A Song Of Ice And Fire en particulier, pour me rendre compte de tout ce à côté de quoi j'étais passée ! 

Et là... là... je peux dire avoir réellement découvert le Trône de Fer et avoir commencé d'en savourer la moindre page, voire le moindre mot. Adieu ce que je considérais comme des longueurs, du délayage de sauce, des inutilités pour le récit global, aussi prenant soit-il ! (Soyons honnête, cette densité des différentes histoires était loin de me déplaire, mais je n'en voyais pas vraiment l'intérêt pour l'intrigue générale)

Peut-être toi aussi, si tu as lu la saga, tu n'en pouvais plus du Conflans, des tours et détours d'Arya, ou encore tu passais vite sur les vaines pérégrinations de Brienne en te demandant pourquoi l'auteur en avait fait un personnage Point De Vue : même si tu aimais bien Brienne et le petit Po-Podrick, ils n'avaient quand même pas la même importance que les autres personnages principaux, hein ! Et Brienne n'est pas Jaime Lannister, elle n'est pas aussi glamour, cette chevalière monstrueuse de laideur et un rien psychorigide. 

Peut-être aussi que tu t'es récrié en voyant un héritier royal sortir du chapeau d'un magicien comme un lapin et que ça t'a rappelé les grosses, incroyables et si classiques ficelles de l'enfant sauvé et retrouvé ? Evidemment, tu n'avais pas bien pris garde que cette entrée en scène dans le tome 5 était préparée dès le premier tome. Enfin, moi, je n'avais rien vu venir. 

Que dire enfin de Quentyn Martell et de son destin météoritique ? De son histoire aux apparences de "shaggydog" ? Pour les non-anglophones, le "shaggydog" est une histoire qui ne mène nulle part ou qui n'a rien à voir avec le propos principal. 

 

Mais c'est fini tout ça. En fait, IL N'Y A RIEN EN TROP. Mieux : on en voudrait encore plus. 

 Evidemment, GRRMartin s'amuse avec tous nos réflexes littéraires et il nous trolle parfois un brin, mais tout s'insère et prend du sens à l'intérieur de la trame globale. C'est un grand tableau composé de plusieurs tableaux originaux qui se répondent les uns au autres, et qui se révèle au lecteur attentif, transformant l'oeuvre en vrai jeu de piste - ou en puzzle - qui gagne en saveur aux relectures.

  

 Il faut beaucoup de patience avec le Trône de Fer, car l'oeuvre est très dense et totalement envahissante. Pour ceux qui connaissent Tolkien, il faudrait imaginer qu'il ait raconté la chute de Gondolin en presque dix mille pages, en déguisant habilement toute la dimension mystique derrière l'abondance des effets réalistes, et en s'attachant à une trentaine de personnages principaux, tous terriblement crédibles (et pourtant...!). Bref, un récit en apparence historique, mais authentiquement mythologique dès qu'on gratte un peu. 

 

 

 

 

- ET DANS TON BLOG, ON TROUVE QUOI ? -

 

 

 

 

 Ici, donc, je proposerai des analyses littéraires et interprétations (fleuve) comme autant de pistes de lecture. Comme je dois beaucoup aux discussions sur les fora de la Garde de Nuit, auxquelles je participe aussi, je ne développerai pas ce qui a déjà été mis en forme et officiellement théorisé là-bas (surtout si j'adhère à l'analyse et la théorie proposée), sous forme synthétique, mais j'y renverrai directement. Je me livrerai aussi parfois au petit jeu des pronostics, parce que c'est un des plaisirs de la lecture de cette saga, d'essayer de repérer les indices textuels pour la suite de l'histoire ou pour la résolution de certaines énigmes.

 

 

Il y aura des spoilers partout. 

 

Aussi, si vous souhaitez découvrir la saga par vous-même, je conseillerai de revenir par ici après une première lecture. 

 

GRRMartin ayant développé son univers à travers d'autres oeuvres diverses, il se peut que je me réfère parfois à quelques-une (en particulier les nouvelles de Dunk et L'Oeuf, qui se passent un petit siècle avant la grande saga et apportent un éclairage supplémentaire), mais je pars du principe que la saga se suffit en toutes choses à elle-même, et que toutes les explications se trouvent dans son déroulé interne et sa structure, sans nécessiter d'éléments externes au récit global. Ils seront considérés comme des bonus, parfois éclairants, mais non pas des éléments indispensables. 

 

~~

 

 Je n'ai pas de prétention à l'exhaustivité; vu l'énormité de l'oeuvre, mes choix d'analyses seront totalement arbitraires, guidés par mes centres d'intérêt du moment, l'état d'avancement des relectures, de la réflexion et de sa mise en forme, qui demandent du temps de cerveau disponible sans coca-cola, de la patience et plus d'une vérification ! 

 Je n'ai pas non plus de prétention à présenter une vérité révélée : certaines de mes hypothèses sont contestées et contestables, et la plupart ne seront qu'une interprétation parmi d'autres, car la saga a cet avantage de présenter plusieurs degrés de lecture, du plus littéral au plus symbolique. Je ne serai pas plus à l'abri que d'autres de quelques délires de fan, même si je m'efforcerai du mieux possible d'éviter cet écueil !

 Il se peut donc que je remanie un article plus tard, parce qu'avançant dans la réflexion, il ne serait plus pertinent... et également parce qu'au moment où j'écris, les deux derniers tomes de la saga ne sont pas encore parus; lorsque ce sera le cas, ils feront forcément leur oeuvre de confirmation ou d'infirmation, et apporteront des éléments nouveaux puisque la fin de la saga approche et que les intrigues trouveront leur résolution (ce devrait être le cas au moins avec le 6e tome, d'ici un ou deux ans, mais il n'est pas possible de prévoir plus loin car l'auteur a son propre rythme d'écriture). Et dans ce cadre, c'est l'organisation des catégories qui peut subir les plus gros changements. 

 

 J'essayerai autant que possible de donner dans chaque article suffisamment d'indications pour qu'il ne soit pas nécessaire d'avoir lu la saga pour comprendre ce que je raconte; mais comme on n'est jamais trop prudent et qu'il m'est à présent difficile de me mettre à la place d'une personne qui ne l'a pas lue, et que cette saga est extrêmement dense je mets ici le lien vers l’encyclopédie francophone qui lui est consacrée et qui est très complète. Elle est tenue par la Garde de Nuit. 

Je conseillerai également aux non-lecteurs de commencer par le premier article publié, qui n'est que la première partie d'une analyse qui devrait en comprendre quatre (deux sont publiées à ce jours, les deux autres sont en cours de rédaction), mais qui constitue une présentation globale de la saga.

 

On trouvera ici des cartes du monde connu, Westeros et Essos. Elles sont mises en ligne par l'illustrateur du livre "A World of Ice and Fire" et sont donc les mêmes que dans ce livre, mais en plus petit. 

 

Et ici, une très belle carte interactive (en anglais), qui permet de refaire les voyages d'une petite trentaine de personnages au fur et à mesure des chapitres de la saga. Cette carte est une reconstitution à partir des informations contenues dans les livres, aussi certains lieux peuvent ne pas être tout à fait à leur véritable place. La perspective n'en est que plus intéressante.

 

 Je n'entrerai pas dans le débat sur la traduction française. Pour une oeuvre de cette ampleur, la tâche est ardue, et si à ma première lecture, je renâclais parfois à certaines tournures de phrases, je passe outre à présent et je la lis avec beaucoup de plaisir. Je dois seulement signaler qu'on perd inévitablement une grande partie des jeux de mots de la version originale. Ca n'empêche pas la compréhension, mais chez GRRMartin, ils ne sont jamais innocents et constituent autant d'indices pour les énigmes qu'il propose à ses lecteurs. 

Aussi, si j'ai choisi de citer le texte dans sa version française, je me réfèrerai à la version originale lorsque je n'aurai pas le moyen de faire autrement pour analyser un point précis. 

 

Enfin, n'ayant pas vu la série Game of thrones qui est tirée de la saga, je ne m'y réfèrerai jamais. Elle n'est pas considérée comme canon, car elle a ses propres lignes narratives qui obéissent au format série télévisée. 

Mais j'espère cependant donner envie de lire ou relire cette Chanson de glace et de feu.

 

Bonne lecture ! 

 

 

 

 

 

 

h21183.gif

 

 

 

 

 

 

 

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser